top of page
Rechercher

Le Burn-out “professionnel” mais tellement personnel


Le mot "burn-out" ne résonnait pas en moi dans toute sa signification, bien que certaines personnes l'utilisent avec peine, douleur, voire frayeur. 

Ce terme "burn-out" me semblait familier, comme ce légume d'hiver à la forme biscornue et à la saveur douce et sucrée : le butternut. Cependant, ses vertus ne sont rien comparées au burn-out. En effet, alors que le butternut est riche en vitamine A, renforçant notre défense immunitaire, le burn-out, lui, nous affaiblit insidieusement.


La noirceur du burn-out


Qu'est-ce donc que cette noirceur, cette obscurité qui nous envahit sans que nous la comprenions, sans que nous puissions mettre le doigt dessus pour l'anticiper et nous en défaire rapidement ? C'est un sentiment qui prend le contrôle de nos émotions, perturbe notre sommeil et nous laisse sans motivation pour agir.

Avant de poursuivre avec mon histoire personnelle, permettez-moi de clarifier le concept de burn-out. Ce terme d'origine anglaise se compose des mots "burn" (brûler) et "out" (s'éteindre), signifiant littéralement "s'éteindre par manque de carburant".


Mon cher ami s'est introduit dans ma vie comme s'il était le bienvenu, s'attaquant à une personne positive, optimiste, au tempérament fort et au corps hyperactif. Il a provoqué des larmes incontrôlables et m'a plongé dans une profonde fatigue, m'empêchant parfois même de me lever du canapé.


Mais qui l'a invité ?


Aujourd'hui, alors que j'écris cet article, je réalise qu'il est le résultat d'un mélange entre mon passé, soigneusement rangé dans un coin de ma tête, et mon présent, marqué par une blessure touchant chaque aspect de ma vie.





Les événements déclencheurs


Si je devais ouvrir le placard marqué "l'année 2020, à ouvrir et traiter ultérieurement lorsque tu seras une fille super sereine, apaisée et en total contrôle" (oui, nous avons parfois ces illusions et nous y croyons), voici ce que j'y trouverais :


Le début est le 29 Mars 2020, mais est ce vraiment là le début et la naissance de ce que sera mon burn-out 3 ans après ?


Le 29 mars 2020, un jour où je jonglais entre l'école à domicile pour mon fils et le télétravail, j'ai reçu un appel qui a changé ma vie. Mon beau-frère m'a annoncé le décès soudain de ma sœur, survenu seulement dix jours après son anniversaire. Cet événement a déclenché la mise en marche du mode “contrôle de mes émotions” afin de gérer une série d'épreuves : l'organisation et la prise en charge des funérailles, la vente et l'achat d'un appartement pour ma mère qui ne supportait plus de revoir la présence de ma soeur dans ces lieux, la vente de ma propre maison après une séparation. Cette phase, qui fut l'enchaînement de 8 déménagements, le temps de la vente de cette dernière à des personnes malsaines et une restructuration professionnelle, m'a fait perdre mes équipes et mon enthousiasme au travail.


Puis , en avril et enfin juillet 2023, deux événements ont été le coup de grâce ;

La fameuse goutte, celle qui non seulement fait déborder le vase, mais qui, en arrivant dans ce vase, votre cocon où vous pensiez être en sécurité, vous expulse violemment, vous laissant face à un vide abyssal, provoquant un haut-le-cœur.


Le vide, que ce soit au niveau de la reconnaissance professionnelle ou personnelle, l'impression d’être inutile, la perte de repères, la disparition du fil d'Ariane ou encore la rupture avec les habitudes...


Durant 18 ans, je m’étais engagée à œuvrer et à atteindre chaque jour les objectifs que mon entreprise souhaitait ; elle me l’avait bien rendu car j’étais chaque année reconnue par ma direction et chacun des salariés au sein de mes équipes ; 





Puis une stratégie, une vision, des besoins sont alors déployés ; de nouvelles pièces dans l’échiquier arrivent et les règles du jeu se modifient. Dans ce cas, tu les acceptes ou pas, tu continues de jouer ou tu décides de ne plus jouer dans les nouvelles conditions imposées … Je me suis retrouvée sans reconnaissance ni motivation.

Je me suis ouverte à moi-même, refusant de jouer selon leurs règles.  J'ai choisi de quitter mentalement l'échiquier professionnel et d’avancer selon un nouveau chemin de vie. J’ai donc écouté un homme qui fut mon mentor, un coach en développement personnel, qui m’a appris à prendre conscience de ce qu’est un coach en développement personnel et qui m’a posé sur ce chemin de la reprise du soi, de ma propre écoute. Il m’a insufflé sans le savoir (je le pense aujourd’hui) la réelle vocation qui m'était destinée depuis longtemps, ce que je représente dans mon état présent et ce que je souhaite rester être. C’est à dire une force et une accompagnatrice pour qui ceux qui veulent atteindre leurs objectifs…


Bien que j'ai été conseillée par des professionnels, psychologues et psychiatres, j'ai fini par m'auto-coacher en prenant du recul et en observant mon évolution sur mon propre échiquier, où le terme “échec et mat” n’existerait pas !


Le burn-out, que j'ai fini par accepter et conscientiser, est devenu ma force. Sans recourir à des traitements médicaux, j'ai puisé dans ma force mentale pour garder une vision claire de ma nouvelle renaissance et de mes nouveaux objectifs.


En octobre 2023, ma fonction professionnelle a pris fin, marquant le début d'une nouvelle phase de ma vie. Le burn-out est entré lorsque cette porte s'est ouverte, mais je suis convaincue qu'il représentait aussi une nouvelle opportunité.


Changement et refus des nouvelles règles


Et nous en sommes à ce moment là : l’éclair frappe sur l’arbre de vie. Je vous rappelle que la pyramide du fonctionnement humain est assez simple :

 

  1. A la base de tout être, il est nécessaire de se procurer des besoins vitaux pour vivre, survivre, exister ;  il lui faut de la nourriture, de l’alimentation, une sexualité. La base est ainsi stable. Il est équilibré mentalement et fort physiquement


  1. Ensuite, il lui faut être à l’abri sous un toit, ce qui lui fournit une sécurité.


  1. Lorsqu’il s’est construit mentalement, moralement et qu’il se sent à sa place en sécurité, il a besoin d’appartenir à un groupe, à une meute ; il veut se sentir entouré et non isolé ; il recherche le sentiment d’appartenance pour pouvoir exister au travers d’un travail, pour gagner  sa vie, pour s’épanouir intellectuellement et pouvoir s’épanouir extérieurement ;  il a besoin également d’être entouré pour exister, partager, échanger ; il aspire à créer un cercle social, avec des amis, une vie amoureuse et familiale.


  1. Une fois ces 3 étages consolidés, qui lui procurent une jouissance personnelle, il existe pour lui même, car il s’est construit. Il appartient à des repères sociaux, il a un travail et des amis, mais avec cela il a besoin de reconnaissance et d’estime dans son travail, auprès de ses amis, son partenaire et sa famille. Cela lui procure confiance et respect envers autrui et renforce sa propre confiance en lui.


  1. Une fois , tout ce corps et cette tête remplis, sains, et équilibrés ; il peut enfin penser, réfléchir, définir des objectifs et vouloir les atteindre : il peut accomplir. Il sera assez fort, solide, confiant et entouré, pour accomplir tous ces objectifs désirés.


Mon burn-out, ma force aujourd’hui, mon manque de carburant dans le passé, s’est installé vicieusement dans mon esprit et mon corps, et cela a commencé quand mon mode “contrôle” s’est mis sur OFF à cause d’une personne externe qui a fait le choix de le désactiver à ma place.


Cette personne peut le faire intentionnellement, de façon brutale avec le souhait de faire mal, ou de façon inconsciente ; mais dans les 2 cas, nous n’étions pas préparés, car nous envisagions la fin autrement, maîtrisée par soi même.


Comment réagir face au burn-out ?


Vous allez me dire, très bien, ce burn-out est bien sympathique quand il est pris de cette façon, mais quand il nous touche et s’invite à nous habiter, que faire ? Pourquoi ? Comment réagir ? Attendre? Consulter ? S’isoler? Rester un maximum entouré ? Prendre un traitement ?


Je vous ai relaté mon expérience, j’ai toujours pris l’habitude de réfléchir en arborescence, en réunissant chaque fait, pour en étudier les causes et les conséquences et ainsi remettre les pièces dans le puzzle.  Depuis toujours, j’ai eu une grande faculté, dans chacun de mes domaines, pour prendre du recul avec une grande hauteur sur ma personne et mes actions. 


Aujourd’hui, je suis convaincu que le burn-out est en grande partie de notre responsabilité, découlant de chocs externes qui ont affecté notre bien-être mental, mais que nous avons délibérément choisi d'ignorer, de mettre de côté afin de continuer à avancer, à contrôler, à être fort, jusqu'à ce que notre corps et notre esprit ne puissent plus encaisser et succombent.


Chacun réagit différemment face au burn-out, mais je conseille à tous de trouver un professionnel avec lequel ils se sentent à l'aise pour entamer leur propre cheminement vers la guérison, psychologue, psychiatre ou coach mental ; ( je ne parle pas de son/sa meilleur(e) amie(e)). Pour avoir consulté les trois domaines, chacun a son expertise, et sa fonction.


Une chose est sûre et je vous l’affirme : le burn-out est une renaissance, une porte qui vous ouvre de nouveaux horizons. 

En choisissant de consulter et de s'engager dans leur propre guérison, chacun peut transformer cette expérience difficile en une opportunité de croissance personnelle. 


Vous souhaitez sortir rapidement de cette situation toxique ? Vous souhaitez avancer et vivre votre avenir ? Mais cela vous semble obscure, inconnu ? 

Abandonnez vos croyances, vos craintes et limites entravantes;

Consultez non pas un(e) voyant(e) pour vous rassurez, mais consultez le professionnel qui va vous aider à avancer par vous même.


Comme l’a souvent dit un de mes mentors :

“ choix difficiles réalisés au début d’un chemin, procure une vie facile par la suite / choix faciles réalisés au début d’un chemin, donnent une vie difficile ensuite”


Soyez et restez en confiance, le désir est la première clé de réussite !


13 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page